Actualités

Après plusieurs mois d'attente, la construction du CARFEAH-Filles à M'BOUR (Centre d'Accueil et de Rééducation pour Enfants et Adolescents Handicapés) vient de s'achever. Il recevra bientôt 15 jeunes filles. On l'avait promis, on l'a fait. Un très grand merci aux donateurs, partenaires et adhérents qui nous ont permis de récolter les 28.000 € pour la construction de ce bâtiment attendu par la population, les jeunes filles et leurs familles.

Message de Nommez Ba,

Je suis content de vous transmettre les résultats scolaires des enfants du CARFEAH.
Nos deux élèves de terminale ont décroché le bac avec mention passable.
Les autres élèves du lycée, comme ceux du primaire passent en classe supérieure.
Aujourd’hui fut le grand départ pour les vacances.

Le centre est vide, même le chantier du CARFEAH fille est vide.

.

Pourquoi cet appel ?

Seydou est né le 1er février 1988 à Tambacounda au Sénégal. Il est atteint de séquelles de poliomyélite et bénéficie d’une prise en charge financière par l’association la vie en Marche France-Sénégal depuis 2001.
Son parcours : faute de structure hospitalière adaptée Nommez Ba Gahn, orthoprothésiste lui rend visite dans son quartier pour l’appareiller afin qu’il puisse se rendre à l’école en béquilles. Garçon intelligent, il passe son bac puis entre à l’université de Dakar, titulaire d’un Master 1 en histoire-géographie. En 2017, il intègre l’université de La Sorbonne à Paris en Master 2.
Objet du don : actuellement hébergé chez son cousin à Bezons, il vit dans une chambre avec trois enfants. Afin de trouver l’argent nécessaire pour qu’il ait toutes les chances de continuer ses études dans les meilleures conditions possibles, notre projet est de récolter 4200 € représentant le prix d’une colocation annuelle (250 € mensuels) car Seydou, hormis la prise en charge financière de l’association ne reçoit aucune aide ni du Sénégal, ni de sa famille, ni de la France.
Cet argent récolté servira à payer son logement sachant que tous les frais annexes, achat de livres et habits, suivi médical, frais de déplacements et « pass Navigo » sont pris en charge par l’association. Au cas où nous récolterions plus de 4200 €, le surplus servira au fonctionnement de nos deux centres de rééducation notamment l’achat de meubles. Pour nous permettre de continuer la prise en charge de nos élèves porteurs d’un handicap à M’Bour au Sénégal et ne pas pénaliser le fonctionnement de nos deux centres de rééducation, nous avons besoin de votre aide car payer la colocation de l’appartement de Seydou par l’association équivaudrait à pénaliser la gestion de nos actions au Sénégal.
Toute sa vie, Seydou s’est battu pour devenir plus tard professeur d’université. C’est son souhait le plus cher. On ne peut le laisser tomber si près de sa fin d’études.
Lorsque nous aurons récolté l’argent, nous vous enverrons un courriel donnant les détails sur cette opération exceptionnelle.
Le poète Goethe écrivait : « J’aime celui qui rêve l’impossible ».
Aidez-nous à ce que notre rêve devienne possible et que Seydou puisse terminer son parcours universitaire.

Alain Million,
Président Fondateur de La Vie en Marche

Nos missions

L’association a pour but de créer et de gérer des structures adaptées à M’BOUR, destinées à apporter aux enfants et adolescents en situation de handicap physique, une aide et un accompagnement visant leur plein épanouissement et leur insertion dans la société.
Elle poursuit ses missions en assurant une prise en charge médicale, orthopédique, éducative, sociale et psychique.
Pour l’association La Vie En Marche France-Sénégal, mettre l’enfant et le jeune adulte, leurs droits et leurs devoirs, au cœur de ses actions, est la façon la plus efficace de leur garantir un avenir, le meilleur possible
Nos objectifs
• L’inclusion des enfants et des adolescents touchés par le handicap physique dans tous les domaines (scolarité, culture, apprentissage, formation, loisirs, sports, arts…)
• L’accompagnement des jeunes tout au long de leur parcours de vie.
• La reconnaissance de leurs droits et de leur citoyenneté.
• L’intégration sociale.
• La collaboration, le soutien moral aux familles.
• La lutte contre la pauvreté pour l’autosuffisance alimentaire

 
Visionnez le film qui a tout déclenché...

 

 

 

Impression PDF

Archives actualités