Actualités

Le pari : collecter 25000 € pour faire construire un centre de rééducation pour jeunes filles à M’Bour au Sénégal.
Après la construction d’un centre de rééducation pour garçons, d’un CDI-Médiathèque, d’un atelier de fabrications de tricycles et fauteuils roulants, de salles de classes, de WC adaptés. La « Vie en Marche France-Sénégal » va faire construire un centre de rééducation pour filles à M’Bour leur permettant, un suivi scolaire, médical, rééducatif et orthopédique.
Depuis avril, Marie, Basil, Guy, Yeter, Dominique, Nathalie, Marlies, Max, Marianne, Josée, avec de temps en temps des jeunes venus les seconder, se sont battus sans relâche mettant leurs compétences au service de leurs missions. Et cela, pour beaucoup d’entre eux, depuis 16 ans, sans compter ni leur temps, ni leur investissement. Leur force, ils la puisent dans leur travail collectif chaque fois renouvelée. C’est pourquoi, « La Vie en Marche France-Sénégal » est une association qui rêve, qui agit, qui se bat et qui gagne.
La construction commencera en janvier et se terminera en septembre 2018.A la prochaine rentrée, les filles pourront investir avec un large sourire leur nouveau lieu de vie.

Un pur moment de bonheur !

Un pur moment de bonheur
Vendredi soir, en l’église St-Pierre de Neuweg, venus des régions de St-Louis, Colmar, Bartenheim et Sierentz, tous les amis de La Vie en Marche s’étaient déplacés pour assister et partager un moment exceptionnel de haute musicalité.
L’ensemble vocal Double-Croche de Bischwihr, dirigé par Myriam Stoffel, a offert un concert de Noël de toute beauté dans l’esprit du partage et de la solidarité. L’esprit de la fête, synonyme de joie, de retrouvailles, de bons moments passés en famille, s’égrenait au fil des chants rendant hommage à l’enfant Jésus dans l’étable, à Joseph, Marie, les rois mages et les animaux unis sous un ciel parsemé d’étoiles.
Tourné vers le répertoire traditionnel français, la première partie a permis d’entendre des pièces signées de grands compositeurs comme Bortnianski, Rameau, Boswell et Gianada. La qualité de la chorale, l’accompagnement subtil des musiciens, l’enthousiasme et l’entrain communicatifs de Myriam Stoffel furent un régal autant pour les yeux, les cœurs et les oreilles. D’ailleurs, dans l’assemblée, plusieurs personnes furent agréablement touchées par les textes qu’elle a lus en introduction des chants.
La deuxième partie, consacrée à des extraits d’opéra a enchanté le public. Elisabeth Nass et Marie Odile Steib, sopranos, accompagnées au piano par Adeline Guehl, ont littéralement enthousiasmé les auditeurs par la haute musicalité de leurs voix. Elisabeth Nass apporta dans son interprétation une note émotionnelle si forte que sa maestria vocale fit toucher les sommets du paradis au public. Alain Million, le président de l’association, subjugué par la beauté de sa voix, dans son discours final prit ses mots « Elisabeth, un oiseau de paradis sur Terre, est arrivée au summum de son art pour changer les notes en lumières de vie et d’amour ».
Une surprise était réservée en fin de concert avec une très belle interprétation du célèbre « Stille Nacht », entonné à l’unisson avec l’assistance.


Nos enfants ont droit à une scolarisation incluse sans aucun traitement particulier. Certes ils vivent avec un handicap moteur tout en ayant une capacité intellectuelle par ailleurs Serigne Saliou Gaye est toujours premier de sa classe malgré son handicap d’amputé tibial.
Jeudi j’ai reçu une fille de la classe de seconde Fatou Dieng amputée tibial (en blanc), recommandée par un membre de ALVM-FR à compter parmi nos enfants.
Khady Ndiaye Bamba (en rouge) lors de son séjour au CARFEAH pour renouvellement de son appareillage.
Mame Touti Diop recevant des fournitures et inscription.
Comme chaque année scolaire nous invitons une personnalité religieuse pour des prières. Cette année nous avons reçu un jeune Imam bachelier et encadreur pour le développement communautaire (en blanc à mes côtés). Thème de la discussion : « handicap et islam ». Changer le regard sur les personnes porteuses de handicap, notamment l’inclusion des filles dans la société.Nos enfants ont droit à une scolarisation incluse sans aucun traitement particulier. Certes ils vivent avec un handicap moteur tout en ayant une capacité intellectuelle par ailleurs Serigne Saliou Gaye est toujours premier de sa classe malgré son handicap d’amputé tibial.
Jeudi j’ai reçu une fille de la classe de seconde Fatou Dieng amputée tibial (en blanc), recommandée par un membre de ALVM-FR à compter parmi nos enfants.
Khady Ndiaye Bamba (en rouge) lors de son séjour au CARFEAH pour renouvellement de son appareillage.
Mame Touti Diop recevant des fournitures et inscription.

Comme chaque année scolaire nous invitons une personnalité religieuse pour des prières. Cette année nous avons reçu un jeune Imam bachelier et encadreur pour le développement communautaire (en blanc à mes côtés). Thème de la discussion : « handicap et islam ». Changer le regard sur les personnes porteuses de handicap, notamment l’inclusion des filles dans la société.

Cliquez pour agrandir les photos.

Archives actualités